Contrôle de l'infection

Une prise en charge optimale des infections du pied diabétique peut potentiellement réduire l'incidence des morbidités dues aux infections, la nécessité d'une hospitalisation et, le cas échéant, sa durée, ainsi que l'incidence d'une amputation majeure de membre12,13. Les infections du pied diabétique ont été classées en trois catégories (légères, modérées et graves ; voir le tableau 1) pour aider au choix du traitement adapté. Dans tous les cas, un traitement par antibiotique approprié est privilégié. Une antibiothérapie adaptée doit tenir compte de la sévérité de l'infection et des agents étiologiques probablement mis en cause14. Quelques conclusions d'études permettent de choisir en connaissance de cause l'antibiotique le plus adapté.

 

Sévérité d'un ulcère du pied

 

 

Léger

Présence d'au moins 2 signes d'inflammation (pus, érythème, douleur, chaleur, sensibilité, induration). Une cellulite < 2 cm due à l'ulcère est possible en l'absence de signes cliniques de toxicité et d'infection systémiques affectant les tissus superficiels

Modéré

Identique à l'ulcère léger, avec présence de cellulite > 2 cm, mais < 5 cm depuis la plaie ; absence de signes de toxicité systémique ; infection diffusée aux tissus profonds et aux os

Sévère

Cellulite importante, abcès profond avec ou sans signes généraux (fièvre, vomissements, hypotension, confusion, acidose, insuffisance rénale, hyperglycémie sévère, hyperleucocytose)